Savoir être prudent - Peter Edwards

Mon blogue

Savoir être prudent

Savoir être prudent - Peter Edwards

Un de mes amis d’enfance, était follement amoureux de la dernière de ses copines. Il l’était tellement, qu’il envisageait de se marier avec elle pour vivre éternellement son amour, comme il le disait. Il avait fait pas mal d’efforts pendant toute une année, pour trouver un conseiller en planification financière personnelle, pour pouvoir s’acheter une maison, tout en gardant une marge viable, pour vivre aisément. Il était vraiment décidé à franchir le pas, et rien n’aurait pu l’arrêter, si ce n’est une insistance de sa nouvelle copine à vouloir absolument très vite, plusieurs enfants. Il avait toujours été du genre pragmatique, tout en ayant toujours su garder un côté bon vivant. Ce qui lui avait parmi d’avoir une très belle vie.

Il était retourné voir son conseiller pour lui demander conseil sur toutes les obligations qu’il allait devoir avoir par rapport aux futurs enfants. Après un cours soutenu et la lecture de quelques graphiques de son conseiller, il apprenait que l’éducation d’un enfant coûtait variablement entre 3 000 et 10 000 $ par an. Dans son cas, on lui avait fait comprendre qu’il était plus proche des 10 000 $, que des 3 000 $. Il nous avait invité, nous, ses amis à prendre une bière avec lui pour l’aider à prendre une décision. On avait l’impression qu’il était redescendu sur terre, et que la chute lui avait donné un gros coup sur la tête. Cela est quand même bien dommage de voir que quelques chiffres soient capables d’effacer, et même détruire, la moindre parcelle de légèreté qui nous est nécessaire pour respirer la vie.

Je ne savais quoi lui donner comme conseil, si ce n’est que beaucoup de gens avaient des enfants, et que ce n’était pas pour autant qu’ils en étaient malheureux. Au contraire, nous voyons beaucoup plus de gens heureux avec leurs enfants, que sans. Il lui fallait maintenant se remettre en question sur l’idée qu’il s’était projeté de son avenir, et chercher à savoir ce qui était le plus important pour lui. Avait-il envie de vivre dans le regret de ne pas avoir pu avoir la vie qu’il souhaitait. Ou alors, allait-il demander à sa compagne de réviser sa demande et de vivre avec lui sans espérer avoir d’enfants. Pourquoi devrait-elle vivre avec lui, malheureuse sans enfants ? Lui demandions-nous par la suite. Je lui conseillais de répondre à ces questions assez rapidement, pour ne faire perdre de temps à aucun des deux. S’il nous faut tout calculer d’avance pour essayer de pallier au pire, autant faire le nécessaire dès le début de faire les meilleurs choix.