Trop pris par Agatha Christie - Peter Edwards

Mon blogue

Trop pris par Agatha Christie

Trop pris par Agatha Christie - Peter Edwards

Puisque j’avais un peu de temps devant moi, en arrivant dans la rue de mon médecin, je regardais la vitrine d’une librairie et je me décidais à y entrer. Je ne cherchais aucun ouvrage en particulier. Je voulais juste passer le temps en attendant que l’heure de mon rendez-vous arrive. Je tournais les pages d’un livre qui abordait le sujet de la publicit√© web. Pour beaucoup, comme moi des néophytes de la technologie, c’est difficile de bien comprendre l’influence qu’elle a sur nos modes de consommation. Je vis qu’un auteur, que j’apprécie beaucoup, avait écrit un livre sur les années mille neuf cent trente en Écosse. Cet historien traite de problèmes archaïques d’une façon passionnante. Je pris l’ouvrage et je vis, juste avant d’aller le régler au comptoir de la librairie, une collection intégrale de romans policiers.

Les romans d’Agatha Christie sont parmi mes préférés. Les intrigues, surtout dans les premiers livres, sont incroyablement intéressantes, profondes et elles décrivent la société du début du vingtième siècle avec beaucoup de détails. Elle les a écrits comme des ouvrages qui devaient servir à connaître le monde de cette époque. La description fine des personnages, la dimension psychologique de chaque ouvrage et la fin si bien amenée sont des caractéristiques de ses œuvres. Pris dans un de ces romans, je ne pouvais plus en lever mon nez. La reine du crime a su promener ses lecteurs dans tous les sens, leur faire vivre des intrigues intéressantes, rendre si attachants ses personnages qu’ils en sont presque réels, tel Hercule Poirot.

Je pensais que certains de ces livres, qui composaient l’intégrale que je tenais dans ma main, étaient déjà présents dans ma bibliothèque. Par contre, je ne savais pas lesquels, et je voulais vérifier. Comme je ne savais pas quand je pourrais revenir, je pris toutes les œuvres de cette romancière si fine. Le temps était vite passé et j’étais presque en retard à mon rendez-vous chez le médecin. Dans la salle d’attente, une femme, accompagnée d’un jeune garçon, attendait. Je m’installais dans le fauteuil et je me mis à lire un roman, Le Chat et les Pigeons. Je ne vis même pas qu’une deuxième personne était passée quand je relevais ma tête ; la secrétaire de mon médecin me demandait de sortir. Je protestais, car j’avais noté un rendez-vous pour aujourd’hui. Elle vérifia, puis elle me dit que je devais revenir le lendemain à la même heure.